« Libre d’écrire » est un concours d’écriture en prison organisé pour la 2ème année par la Concertation des Associations Actives en Prison (CAAP asbl), en partenariat avec le Service de la Lecture publique de la Fédération Wallonie-Bruxelles, la Foire du Livre de Bruxelles, l’ADEPPI, la Compagnie Gambalo et, pour la 1ère édition, la Maison du Livre de Saint-Gilles.

La CAAP a lancé cette initiative dans le cadre d'une de ses missions visant à favoriser l’accès à l’art et la culture pour les personnes détenues, notamment en veillant à impliquer derrière les murs davantage d’opérateurs culturels actifs à l’extérieur tout en soutenant les associations actives en prison dans ces domaines. Deux des axes développés sont l’accès à la lecture pour toute personne incarcérée et le soutien au développement des bibliothèques en prison.

Les objectifs de ce concours sont multiples : offrir un espace d’expression aux personnes détenues, faire entendre leurs voix via leurs mots, leur (re)donner le goût de la lecture et de l’écriture, lutter contre certains préjugés qui les concernent.

Le concours « Libre d’écrire » est ouvert à toutes les personnes incarcérées dans les prisons de Wallonie ou de Bruxelles, débutantes ou non en écriture.
Tous types de textes sont acceptés : poésie, récit de vie, témoignage, fiction, conte, nouvelle, réalité ou fantastique… L’important est de respecter le thème proposé, différent chaque année.

Le thème de la première édition du concours était « APRÈS… ». 90 textes écrits par 72 personnes détenues dans les différentes prisons de Wallonie et de Bruxelles ont été envoyés. Le jury final a désigné les lauréats parmi 25 finalistes répartis en 6 catégories.
Le jury de cette 1ère édition, composé d’auteurs et de représentants du monde culturel, a été particulièrement touché voire bouleversé par la lecture de ces textes. Ils ont ressenti la nécessité des personnes détenues d’être jugées pour ce qu’elles sont et pas uniquement pour ce qu’elles ont fait. Les valeurs de transmission, de dignité et de confiance véhiculées par cette initiative ont été soulignées.

Un des lauréats de cette 1ère édition a relevé l’aspect valorisant et motivant de participer à ce type d’initiative et encourage les personnes détenues à oser se lancer dans des projets dont ils n’ont pas forcément l’habitude. Pour un autre, écrire l’a libéré d’un poids et aidé à faire ressortir ses sentiments. Raconter sa vie aux gens est pour lui une manière de montrer que tout le monde peut changer et a droit à une seconde chance.

Après consultation des participants de la 1ère édition, le thème « Et si… » a été retenu pour la 2ème édition.

Pour cette 2ème édition, nous avons reçu 153 textes différents écrits par 105 personnes, venant de 17 établissements pénitentiaires de Wallonie et de Bruxelles.

Le jury final, présidé cette année par l’écrivain suisse Nicolas Feuz, a désigné les lauréats parmi 24 finalistes répartis en 6 catégories.

Tous les participants du concours recevront un cadeau (carnet, livres…) et une attestation de participation. Les lauréats et mentions spéciales du jury recevront des prix supplémentaires et seront mis à l'honneur lors d’une soirée de clôture où des comédiens feront des lectures des textes lauréats.